lundi 16 novembre 2015

Les étoiles sont loins et l'attérissage difficile [Parler de moi #6]

La semaine précédente c'est le cœur lourd que nous descendions dans la Sarthe pour être prêt de notre famille endeuillée. L'occasion de partager nos douleurs et nos joies, le moment de faire le tri, le moment de tourner une première page et reprendre le rythme de notre vie. Nous sommes partie avec déjà plein de projets à faire au retour. Cette semaine était l'occasion de faire notre deuil pour mieux appréhender la vie qui continue. 

Puis il y a eu un match de foot, un match devant lequel nous étions nous qui ne regardons jamais de sport. Un match que l'on a regardé jusqu'aux dernières minutes sans jamais nous douter du drame qui touchait la capitale. Juste quelques mots du commentateur annonçant une édition spéciale à suivre suite aux événements se déroulant dans paris actuellement. Un regard vers z'hom. L’inquiétude déjà. Le beau frère qui descend, nous demandant si nous savions. Mais non. Nous n'avions pas changé de chaine. Par peur de savoir peut être, peur de ce que nous allions apprendre??? Puis l’édition spéciale. L'horreur qui s'affiche devant nos regards effrayés. Nous sommes restés là devant l'écran. Abasourdis, abattus, apeurés. C'est la tête remplie d'horreur que nous nous sommes couchés. La journée à venir allait être lourde en émotions.


Souvenirs, peine, et peur

Une journée autour du souvenir. Les images de la veille sont un temps mis entre parenthèse. Du moins autant qu'on le pouvait. On s'est rappelé de jolis souvenirs de nos disparus. on a eu des pincements au cœur. Les larmes pas très loin mais des rires qui viennent les effacer un temps. Puis au milieu de tout ça dans un coin de notre tête: la peur. Celle du retour. De retourner vers la capitale. De nous rapprocher de l'horreur. Une soirée entourée de la famille et profiter de ceux qu'on aime. Parce qu'on ne se dit jamais assez que l'on s’aime. Parce que la vie et la mort sont pleines de mystère. Ne pas perdre de temps et profiter de chaque instant. C'était notre seule arme.

Rien n'est plus pareil

Il y a eu un après Charlie suite aux attentats de janvier. Il y a eu cette union nationale qui a fait du bien au cœur. Puis cette union s'est vite essoufflée laissant place à la vie telle qu'elle était avant. On a semble t-il vite oublié les belles paroles de ces jours là. Quand tous le monde marchait main dans la main. On a repris nos vies.
Il y aura aussi un après 13 novembre. Il sera différent. Il l'est déjà. La peur est plus présente encore. Je ne sors plus comme je le faisais avant. Et il y a cet état d'urgence. Ces mesures de sécurité qui nous empêche désormais d'accompagner nos loulous jusqu’à leurs classes. Il y a les pleurs des enfants ne comprenant pas pourquoi nous ne pouvons plus passer la grille de l'école. Il y a la vigilance accrue.

Mais la vie continue. Nous reprenons notre quotidien tant bien que mal. Ici aussi la vie reprend avec de nombreux articles à venir, des jolis moments malgré l'horreur, du partage, des découvertes, de belles lectures etc. La vie reprend ses droits. Le blog se réveille.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez moi un petit mot!!!